22 juin 2011

Les crèmes solaires sont-elles dangereuses pour notre santé ?

 A l'approche des beaux jours on pense vacances au soleil, sur la plage où notre principale activité se résume en un seul mot: bronzette, affublée d'un bikini, d'un chapeau, de lunettes de soleil catégorie 3 et de son indispensable... crème solaire SPF 30!

Pour ma part je pense plutôt aux randonnées à la montagne mais chacun son vice :D

Depuis un certain temps dans le cercle de la cosmétologie des rumeurs courent sur les possibles dangers des crèmes solaires sur notre santé.
Alors qu'en penser ? Depuis des lustres on nous assène de campagnes de prévention où l'écran total est LA solution pour se protéger contre les coups de soleil, et surtout pour prévenir les risques du cancer de la peau et du vieillissement prématuré des tissus.

Alors qui croire ? Les pouvoirs publics ou les scientifiques ? Info ou intox ?
Je me suis renseignée pour vous.


Tout d’abord petit tour d'horizon des filtres solaires. On en distingue 2 types : 
- Les filtres solaires chimiques (ou organiques), qui absorbent les rayons ultra violets pour les bloquer. Pour être effectifs, ces filtres impliquent la nécessaire combinaison de plusieurs substances puissantes pour protéger la peau. On retrouve par exemple le Tinosorb M ou le Mexoryl.
- Les filtres solaires mécaniques (ou écrans solaires naturels) qui eux sont composés de minéraux qui contrairement aux filtres solaires chimiques vont faire "rebondir" les UV sur la peau sans pénétrer les tissus. Le dioxyde de titane et de l’oxyde de zinc en sont de parfaits exemples.

La plupart des formules photoprotectirces actuelles allient d'ailleurs ces deux familles de filtres souvent complémentaires...

Qu'en pensent les spécialistes ?
Chacun a sa propre théorie sur la question. Certains dermatologues et cancérologues pensent en se fondant sur plusieurs études que les filtres solaires peuvent avoir un effet toxique à long terme sur notre organisme, le bio n’est pas épargné.

Selon Vincent Bourgeteau, biochimiste et expert en cosmétiques naturels, l'oxybenzone une substance chimique organique présente dans les crèmes solaires est un perturbateur hormonal aussi responsable de 50% des allergies aux produits solaires. Les crèmes solaires dites conventionnelles (c'est-à-dire non bio) contiennent des parfums et colorants de synthèse, des conservateurs trop puissants, des huiles minérales mais aussi l’alcool, photo sensibilisant et asséchant qui augmentent les risques d'allergies.
Le bio n’est pas en reste. Le dioxyde de titane et de l’oxyde de zinc présents dans les écrans solaires ne sont pas dénuées d’innocuité. En effet, le dioxide de Titane est la forme oxydée (radicaux libres) d'un métal lourd cancérigène et/ou toxique. Si on ajoute l'effet oxydatif des rayonnements solaires, on a un joli cocktail oxydatif sur la peau.
Il faut également prendre en compte la taille nanométrique des particules qui détériorent mécaniquement et chimiquement les cellules du corps. Ni la présence ni la taille des nanoparticules ne sont obligatoires sur le produit, donc on ne sait pas à quelle sauce le produit a été formulé. La mention obligatoire de présence de nanoparticules dans les produits ne sera effective qu’en 2013…
Ce n'est pas tout, de nombreuses crèmes solaires conventionnelles et bio sont instables et ont donc un effet limité dans le temps. Elles  « tournent » et se dégradent vite sous les rayons du soleil laissant les radiations UV sur la peau.

Des spécialistes viennent tout de même à la rescousse et tentent de dédramatiser les choses. Ils estiment qu'on manque de recul sur les effets à long terme de ces mélanges, des tests n'ayant pas été effectués sur certaines catégories de la population (enfants, femmes enceintes). D'autres reconnaissent tout de même que "si ils ne sont pas parfaits, ces filtres sont quand même ce qu'on trouve de mieux pour se protéger' des mauvais rayons du soleil.

Plus optimiste tu meurs...

Bref on tourne en rond finalement, non ?

Vers un renforcement de la sécurité sanitaire aux USA
Les américains ont été plus radicaux et n'ont pas perdu de temps. La FDA vient de publier de nouvelles règles visant à renforcer l’information des consommateurs sur l’efficacité des crèmes solaires.

D'après Premium Beauty News, "les nouvelles règles changent les exigences d’étiquetage et imposent de nouveaux tests d’efficacité en rendant obligatoire la mesure de la protection vis-à-vis des rayons ultraviolets A (UVA)."

Les produits solaires qui passent avec succès les tests de la FDA en matière de protection contre les UVA et les UVB porteront la mention « spectre large » (Broad Spectrum). "Tout produit qui n’est pas considéré comme Broad Spectrum, ou qui l’est mais avec un indice UV de 2 à 14, devra porter un avertissement indiquant qu’il n’a pas été d’effet démontré pour aider à prévenir les cancers ou le vieillissement prématuré de la peau. La FDA veut clairement pousser ces produits hors du marché."

Les 7 règles d'or d'une bonne protection
Je vais terminer ce billet par 7 règles d'or extraites du site femininbio qui, je pense, résument parfaitement ce qu'il faut faire pour se protéger au mieux des mauvais rayonnements.

1/ Préparer la peau car bien préparée elle peut supporter le soleil dans des proportions raisonnables.

2/ Ponctuellement, quand c'est vraiment nécessaire, on peut utiliser des produits solaires BIO ou conventionnels, en prenant la précaution de bien se laver la peau après l'exposition. L’important est de ne pas rester avec des résidus de produits solaires trop longtemps, car c'est leur dégradation qui est majoritairement nocive.

3/ Ne pas s’exposer au soleil quand il est au zénith et dans le cas contraire, se protéger avec un chapeau et des vêtements. Se méfier aussi de la réverbération même sous un parasol.

4/ Remettre régulièrement de la crème (toutes les 1 à 2 heures).

5/ Ne pas utiliser sa crème de l’année dernière mais la rapporter à son pharmacien.

6/ Plus la crème a effet blanchâtre, moins les particules ont de chance d’être fines donc dangereuses. Donc plus c’est blanc sur le visage, plus c’est moche mais moins c’est nocif. Difficile de tout avoir.

7/ En dessous de l’indice de protection 10 (IP) la protection est quasi inexistante. Au-delà de 30 il n’y a que 1 à 2% d’efficacité supplémentaire mais la concentration en actif chimique est plus nocive pour arriver à un IP 50, donc le jeu n’en vaut pas la chandelle.


Finalement qu'est ce qu'on en fait de sa crème solaire ?


Vous avez aimé cet article ?

Rendez-vous sur Hellocoton !


3 comments:

Merci pour ces infos, j'avoue^que je ne m'étais jamais renseigné sur le sujet! En tout cas avec ma peau pâle les solaires sont obligatoires mais je vais rarement au soleil ! Cette année c'est Avene qui s'occupera de moi ;)

Woaw je crois que c'est THE article qui vas m'aider pour cet été, merci beaucoup XD
Ouè en faite le truc c'est de ne pas laisser le produit solaire après exposition et de rincer intégralement les 36 couches que l'on a étalé :)

Enregistrer un commentaire

SUIVEZ ROCK AND ROLL DOLL

RSS FeedTwitterFacebook
Abonnez-vous à la newsletter et soyez alerté(e) dès la parution d'un nouvel article